La politique du Gouvernement a parfaitement répondu aux attentes des citoyens dans les différents domaines : déclare le Premier ministre devant les députés

Nouakchott, 30/01/2018 - Le Premier ministre, Monsieur Yahya Ould Hademine, a réaffirmé, lundi, devant les députés, l’attachement du gouvernement à l’amélioration des conditions de vie des citoyens, à travers les politiques qu’il met en exécution dans les différents domaines, en application du programme du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le Premier ministre, qui s’exprimait devant les députés, lors d’une plénière, présidée par M. Mohamed Ould Boïlil, président de l’assemblée, a souligné que le bilan de l’exécution de la politique générale du Gouvernement 2015-2017 et les perspectives de 2018 montrent que les attentes du citoyen et ses doléances ont été satisfaites dans tous les domaines et partout dans les pays, sans aucune discrimination.

Répondant à une question relative au programme d’intervention d’urgence du gouvernement pour faire face aux conséquences du déficit pluviométrique enregistré cette année, le Premier ministre a précisé que le gouvernement a mobilisé une enveloppe de 4, 1 milliards ouguiyas de la nouvelle monnaie pour ce programme, qui s’articule sur quatre composantes dont l’aliment de bétail se situe au premier rang.

Il a ajouté que jusqu’ici 10 milles tonnes de blés et de tourteaux (localement appelés Rakel) sur 30 milles tonnes programmées ont été déjà acheminées à l’intérieur du pays avec des taux de vente, à des prix réduits dans les boutiques Emel, qui varient entre 40 et 90%, selon les endroits.

Et le premier de réaffirmer que ces produits, dont 40 à 50% du prix initial sont supportés par l’Etat, sont de bonne qualité et fortement nutritifs.

Au sujet des autres composantes, Monsieur le Premier ministre a cité l’identification des pâturages et la réalisation de 40 forages au titre de la deuxième composante du programme, suivie de la composante santé animale, qui prévoit le traitement des infections qui affectent le cheptel et l’acquisition des médicaments au mois d’avril.

Abordant la quatrième composante du programme, Monsieur Yahya Ould Hademine a précisé qu’elle concerne la culture fourragère et qu’à cet effet 11 forages ont été déjà réalisés à Nbeiguit Lahwach et des semences ont été distribuées dans la zone du fleuve pour encourager la culture de la rosière et d’en faire une source économique.

Il a attiré l’attention sur l’existence d’un comité interministériel chargé de ce programme qui se réunit chaque semaine pour évaluer ses étapes d’exécution et proposer les mesures alternatives en cas de nécessité, tout comme il a appelé tout le monde à faire barrage à toutes les tentatives de spéculation ou autres actions de nature à entraver la bonne marche du programme, surtout en cas de vente en dehors des points fixés .

En réponse à une question au sujet de la rénovation de l’aéroport de Néma, le Premier ministre a précisé que la réalisation de cet aéroport remonte aux années 70 du siècle passé avec un taux de bitume de 2% au lieu 6 et qu’il a fait l’objet en 2003 d’une extension qui s’est détériorée.

‘’Compte-tenu de l’intérêt d’un aéroport dans l’une de nos wilayas frontalières, le gouvernement a décidé de le reconstruire suivant les normes internationales de sécurité et il sera fonctionnel au mois de novembre 2018. Un comité spécifique a été constitué pour le projet et mène une course contre la montre pour accomplir sa mission. Certains de ses équipements étaient transférés en 1983 vers une autre destination, ce qui rend nécessaire le rééquiper de nouveau. Les efforts vont se poursuivre également au niveau des aéroports de Kiffa, Sélibabi et Kaédi’’, ajoute le Premier ministre.

S’agissant du quota des femmes dans les fonctions électives, le Premier ministre a précisé que le taux de 20%, fixé et exigé par la loi, est contraignant pour chaque liste électorale et qu’au-delà de ce quota reste une probabilité.

Abordant une question au sujet d’ un recul au niveau des libertés et particulièrement celle de la presse après la fermeture de certaines chaines privées, le Premier ministre a précisé que ces libertés n’ont pas connu de recul et que les chaines privées traitent avec l’agence de télédiffusion qui leur demande le paiement des centaines de millions d’arriérés et les a suggéré de payer 10% du montant de la dette et de rééchelonner le reste suivant des tranches définies.

‘’Il ne s’agit pas là de recul au niveau des libertés. La preuve est qu’une chaine a répondu favorablement à l’offre. De même le coût de la diffusion en Mauritanie est de 40% moins chère que celui dans les autres pays similaires, ce qui constitue un encouragement des libertés et le gouvernement ne cible aucune chaine donnée. Le lien entre l’agence et les chaines est celui existe habituellement entre un prestataire de services et ses récepteurs dont l’Etat n’intervient pas’’, souligne le Premier ministre.

Répondant à une question se rapportant au nombre d’enseignants dans certaines écoles, le Premier ministre a souligné que les écoles dont l’effectif atteint 90 élèves bénéficient du nombre nécessaire d’enseignants et que l’Etat ne peut pas offrir des enseignants aux écoles dont le nombre d’élèves est de 20, surtout qu’il s’attèle à regrouper les écoles et déjà fermé 600 dont les structures incomplètes, sur 1600 identifiées parmi les 3500 écoles ouvertes à l’échelle nationale.

Au sujet de l’élection des députés représentant les colonies mauritaniennes à l’étranger, le Premier ministre a précisé que c’est le gouvernement qui est à l’origine de la loi proposé au parlement qui l’a adoptée et a été soumise, par la suite, au conseil constitutionnel pour donner son avis, sachant que le gouvernement ne décide pas ce sujet qu’il a, seulement, inspiré de l’expérience d’élection des s sénateurs de l’étranger.

Répondant à une question relative aux citoyens disparus et aux efforts de l’Etat à leur égard, le Premier ministre a souligné que la sécurité des citoyens mauritaniens est une priorité pour le président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, précisant que le gouvernement travaille par ses propres moyens pour sécuriser les citoyens et rechercher les personnes disparues, mais il n’est pas obligé d’en communiquer les détails en pour des raisons diplomatiques.

Concernant le problème de recrutement de certains médecins, le Premier ministre a expliqué que l’Etat a ouvert cette année la porte de recrutement devant 40 médecins généralistes et 10 médecins spécialistes sur près de 100 médecins et a fixé le calendrier des examens, expliquant que ces médecins ont décidé de ne pas participer à l’examen à moins que le concours soit ouverte au reste de leurs collègues avant de préciser que le recrutement est soumis à des procédures et dépend des moyens et donc l’Etat a ouvert le recrutement à cinquante médecins cette année et a reporté le reste pour l’année suivante et qu’il adhère à cette décision.

S’agissant des établissements cibles des reformes, le Premier ministre a rappelé que l’ENER a été fusionné avec l’ATTM en raison du chevauchement entre missions des deux entreprises et pour assurer leur complémentarité et les renforcer face à la concurrence des entreprises étrangères travaillant dans le domaine routier, indiquant que les travailleurs, les fonds et les avoirs de l’ENER sont là et ont été transférés à un autre établissement pour assurer l’efficacité.

Quant à la Sonimex, le Premier ministre a ajouté qu’elle a été créée à une époque où le commerce était monopolisé par l’État, ce qui n’est plus le cas dans le monde d’aujourd’hui, précisant que la décision revient à son conseil d’administration.

Concernant l’approvisionnement de Kiffa en eau potable, le Premier ministre a souligné que le gouvernement a lancé une étude pour l’approvisionnement de la ville à partir du fleuve car il ne peut pas compter sur Foum Gleita en raison de l’impact sur le côté agricole, soulignant qu’une réserve d’eau a été découverte à proximité bien qu’elle contient du magnésium ajoutant que le gouvernement étudie la possibilité d’enlever de cet élément et qu’actuellement une foreuse se trouve près de Kiffa pour la recherche de l’eau.

Concernant la lutte contre la pauvreté, le Premier ministre a expliqué que le gouvernement avait récemment approuvé une stratégie de croissance accélérée et de prospérité partagée, indiquant que le Président de la République a réussi à combattre la pauvreté là où beaucoup ont échoué, car les pauvres sont passés de 44,5% à 33% et de 1362 000 pauvres à 1 200 000 pauvres, grâce à l’attention particulière accordée aux segments pauvres qui s’est traduite par la baisse de la pauvreté au cours des six dernières années 12 points contre seulement 10 points en 15 ans.

En réponse à une question sur la déportation de certains hommes d’affaires à l’extérieur du pays, le Premier ministre a souligné que le pays connait une amélioration du climat des affaires et que ceux qui investissent leurs propres fonds sont présents et sont de plus en plus nombreux. Au contraire, ajoute le Premier ministre, ceux qui ont collecté leurs richesses à partir de la gabegie et la corruption n’ont pas leur place dans un pays qui lutte contre la corruption et encourage le travail, soulignant que le temps de ceux qui dépendent de la construction de leur richesse sur l’argent public et les salons de discussion est dépassé.

S’agissant de la nouvelle monnaie et son coût, le Premier ministre a précisé que la Banque centrale mauritanienne, qui s’occupe de cette opération, dispose de sa propre loi et de ses propres organes et qu’elle n’est pas soumise au pouvoir exécutif, indiquant que le coût de cette nouvelle monnaie est égal à la moitié du coût de celle de 2004 et que le coût de maintenance de la monnaie 2004 pour seulement deux ans est plus que le coût de l’émission de la nouvelle monnaie, qui ne nécessite pas de coût de maintenance.

En réponse à une question sur la nature de la Mauritanie dans laquelle nous vivons, le Premier ministre a indiqué que nous vivons dans une Mauritanie où le revenu par habitant a doublé, où l’investissement a passé de 173 000 000 000 en 2010 à 266 000 000 000 en 2017, soit une hausse d’environ 54 %, où le pouvoir d’achat du citoyen a été amélioré et où le taux de chômage est passé de 18,8 % en 2008 à 14,4 % en 2014. Nous vivons dans une Mauritanie, ajoute le Premier ministre, qui dispose de 1610 boutiques rendant disponible des denrées alimentaires de première nécessité subventionnés et et qui a décidé d’améliorer le niveau catégories marginalisées à travers des programmes de développement, et enfin une Mauritanie où le citoyen peut insulter ou critiquer le chef de l’Etat ou le Premier ministre sans être suivi.

Répondant à une question relative à la liberté de la presse et la poursuite des journalistes pour leurs opinions, le Premier ministre a souligné que le gouvernement veille au respect de la liberté d’expression conformément à la réglementation en vigueur à moins que cette liberté ne soit exploitée pour saper l’unité nationale et la sécurité du pays, ajoutant qu’en cas de non-respect de ces exigences, le pouvoir exécutif est tenu de maintenir la sécurité, d’assumer la responsabilité et de transférer les contrevenants devant la justice.

Par rapport au traitement inapproprié des étrangers par l’Etat, le Premier ministre a souligné que les étrangers sont soumis à des procédures de résidence conformes aux coutumes et règlements en vigueur et qu’ils doivent les respecter et qu’en cas de violation, ils doivent être prêts pour les conséquences.

En réponse à une question relative à certaines insuffisances constatées au niveau de l’état civil, le Premier ministre a expliqué qu’environ 3 millions et trois cents citoyens mauritaniens sur 3,5 millions étaient enrôlés sur le registre de l’état civil et avec des numéros nationaux, précisant qu’environ 50 000 personnes n’ont pas encore reçu des numéros nationaux en raison de l’incertitude sur leur citoyenneté ou du doute qui plane sur certaines données les concernant, précisant que la plupart de ces personnes se trouvent à Kaédi et à Nema et qu’en comité a été formé sous la présidence d’un conseiller du Président de la République et comprenant un conseiller du Premier ministre et certains imams, maires, dignitaires et juges pour vérifier la citoyenneté de ces personnes et déterminer leur identité en fonction des résultats de la recherche.

Concernant la présence de certains mouvements religieux et des chiites en Mauritanie, le Premier ministre a souligné qu’en Mauritanie seul le rite sunnite malékite est autorisée.

Répondant à la dernière question sur les efforts d’exploration en Mauritanie, le Premier ministre a expliqué que le gouvernement a œuvré pour la préparation de 75 cartes géologiques et 73 cartes géophysiques afin de les présenter aux investisseurs et a également travaillé pour recueillir tous les indicateurs qui sont prometteurs en Mauritanie, ajoute le Premier ministre.

La séance s’est déroulée en présence de certains membres du gouvernement, des chargés de mission et des conseillers du Premier ministre.


Le Premier Ministre Monsieur Yahya Ould Hademine

Ecrire au Premier Ministre
Suivez le Gouvernement
 

Conseil des Ministres


Communiqué du conseil des ministres

Politique du Gouvernement
Déclaration de Politique Générale du Gouvernement 2015-2019
Plan d’Activités du Gouvernement pour la période 2015-2017
Bilan et perspectives de l’exécution de la déclaration de politique générale du gouvernement (2015-2016)
Bilan d’exécution 2015 et perspective
Bilan d’exécution 2016 et perspective
Avis
Avis d’achat
Avis d’achat

Premier Ministre


Biographie
Activités

Gouvernement


Attributions
Compositions

M.S.G du Gouvernement


Organisation
Directions

Cabinet


Organisation
Contacts

Documents


Documents Juridiques
Circulaires
Autres Documents

© 2015 Tout droit réservé Primature
- Développé par: MEFPTIC-DGTIC -