Le Premier ministre : La Mauritanie constitue un acteur essentiel dans les échanges et mouvements de marchandises intra-africains du Nord au Sud et inversement


Nouakchott, 24/06/2019 Les travaux du forum continental consacré au dialogue régional sur les enjeux liés à la mise en œuvre de la Zone de Libre Échange Continentale Africaines (ZLECAf) ont débuté, lundi à Dakar (Sénégal) en présence du Premier ministre, M. Mohamed Salem Ould Béchir représentant le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz à cette rencontre.


Prenant la parole devant les participants, M. Mohamed Salem Ould Béchir a déclaré que la Mauritanie, de par sa position géostratégique, son ancrage profond en Afrique et son appartenance à un certain nombre d’ensembles dont il a cité à titre d’illustration l’Union Africaine, la Ligue Arabe et l’Union du Maghreb Arabe, constitue un acteur essentiel dans les échanges et mouvements de marchandises intra-africains du Nord au Sud et inversement.


Il a ajouté que sa participation à ce forum dont l’enjeu est d’une importance capitale pour l’intégration africaine, traduit éloquemment, l’engagement résolu de la Mauritanie à la réalisation du grand marché Commun Africain par le biais de la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale qui sera l’instrument privilégié d’intégration économique et de développement harmonieux unissant les pays et les peuples africains et scellant leur avenir commun.


Voici le texte intégral de cet important discours :


• Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal,


• Mesdames et Messieurs les Ministres,


• Madame Vera Songwoe, Directrice Exécutive de la Commission Économique pour l’Afrique,


• Honorables invités,


• Mesdames, Messieurs,


L’honneur m’échoit d’être parmi vous pour représenter Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie, à cet important forum continental consacré au dialogue régional sur les enjeux liés à la mise en œuvre de la Zone de Libre Échange Continentale Africaine (ZLECAf).


Excellence Monsieur le Président Macky Sall,


Permettez-moi, tout d’abord, de vous transmettre, outre les salutations de votre frère et ami, ses regrets de ne pouvoir être présent à ce forum en raison de contraintes d’agenda.


Je saisis cette opportunité pour vous adresser mes remerciements ainsi qu’à votre Gouvernement et au peuple Sénégalais frère pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité généreuse qui nous ont été réservés depuis notre arrivée à Dakar.


Excellences, Mesdames, Messieurs,


Ma participation à ce forum dont l’enjeu est d’une importance capitale pour l’intégration africaine, traduit éloquemment, l’engagement résolu de la Mauritanie à la réalisation du grand marché Commun Africain par le biais de la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale qui sera l’instrument privilégié d’intégration économique et de développement harmonieux unissant nos pays et nos peuples et scellant leur avenir commun.


Pour la réalisation de cet objectif qui occupe une place de choix dans les idéaux de nos peuples, le gouvernement mauritanien a entrepris, lors de la dernière décennie, sous l’égide de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République, des efforts considérables visant à consolider les organisations et les ensembles régionaux, notamment l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS ), le G5 Sahel et la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avec laquelle notre pays a signé, récemment, un accord d’association.


La Mauritanie, de par sa position géostratégique, son ancrage profond en Afrique et son appartenance à un certain nombre d’ensembles dont je ne citerai ici à titre d’illustration que l’Union Africaine, la Ligue Arabe et l’Union du Maghreb Arabe, constitue un acteur essentiel dans les échanges et mouvements de marchandises intra-africains du Nord au Sud et inversement.


C’est, ici l’occasion, de saluer la tenue, à ce moment précis, de ce forum dont l’objectif est d’impulser avec vigueur les prochaines étapes de la mise en oeuvre de la zone de libre-échange continentale africaine, dont le lancement officiel, par nos Chefs d’Etat, est prévu très prochainement à Niamey.


La mise en place de cette zone permettra de créer un marché de plus de 1,2 milliard de consommateurs, ce qui augmentera considérablement les échanges entre nos pays qui ne représentent aujourd’hui que 16%. Elle élargira le marché de chacun de nos pays et attirera davantage d’investisseurs extérieurs vers notre Continent, ce qui aura des conséquences positives sur la croissance et l’emploi. En outre, elle créera les conditions d’une plus grande compétitivité pour l’ensemble des entreprises du Continent, notamment en raison des économies d’échelle qu’elle produira.


Cependant, la ZLECAf ne résoudra pas, à elle seule, la problématique des échanges entre nos pays. Nous devons donc, chacun en ce qui le concerne, mettre en place les politiques nécessaires pour développer nos tissus industriels tout en diversifiant la base productive de nos économies. Ces politiques de diversification sont une nécessité pour créer plus de complémentarité et favoriser les échanges au sein du Continent.


Les effets positifs que nous attendons ne seront à la hauteur de nos attentes que si nous nous engageons, dès à présent, à développer des normes communes, à favoriser l’émergence d’un système bancaire continental, à éviter la concurrence fiscale et à développer des infrastructures plus performantes.


C’est entre autres, pour cette raison que mon pays a fait le choix d’une économie ouverte dans laquelle le secteur privé est le principal moteur de la croissance, l’Etat jouant son rôle de régulateur et intervenant là où le secteur privé n’a pas de valeur ajoutée. Nous avons fait de l’élargissement de notre marché une priorité absolue pour créer les conditions favorables au développement du secteur privé et à la promotion de l’investissement, notamment l’investissement direct étranger.


Pour concrétiser cette volonté, le gouvernement a mené au cours des dernières années d’importantes réformes en matière d’amélioration du climat des affaires. Ces réformes ont permis d’ores et déjà de faire gagner à notre pays, en l’espace de trois ans, 26 places dans le classement du « Doing Business » faisant de la Mauritanie l’un des plus grands pays réformateurs du Continent au cours de cette période.


Nous avons aussi, au cours de cette dernière décennie, engagé un important effort de mise à niveau de nos infrastructures pour créer les conditions favorables à une croissance, forte, durable et inclusive. Dans ce cadre, le linéaire de routes bitumées a été multiplié par deux, la production électrique par cinq avec une part des énergies renouvelables qui avoisine aujourd’hui 50% et plusieurs ports ont été construits pour favoriser le débarquement et la transformation sur place de nos produits halieutiques.


Excellences, Mesdames, Messieurs,


La Mauritanie n’a cessé de concrétiser son attachement à toutes les initiatives visant à renforcer l’intégration économique de notre continent et ma présence ici pour prendre part à cet important événement, en est une preuve.


Nous sommes, avec nos frères sénégalais, maliens et guinéens, engagés depuis plusieurs décennies dans la mise en valeur du fleuve Sénégal. L’organisation que nous avons mise en place est aujourd’hui un modèle de coopération sous-régionale. Au-delà des importantes infrastructures qu’elle a réalisées, elle contribue au développement et à la stabilité de nos pays respectifs.


L’accord de coopération intergouvernemental portant sur le champ gazier Grand Tortue Ahmeyin (GTA), signé entre mon pays et le Sénégal constitue un exemple d’intégration africaine réussi et un pas décisif vers l’exploitation en commun de l’un des plus importants champs gaziers d’Afrique de l’Ouest. C’est ici le lieu de rendre un vibrant hommage à leurs Excellences Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie et Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal pour la clairvoyance, l’engagement, la volonté et la détermination dont ils ont fait preuve pour la conclusion de cet accord.


Excellences, Mesdames, Messieurs,


L’engagement de la Mauritanie en faveur de l’intégration sous-régionale s’est aussi traduit par la signature de l’accord d’association entre notre pays et la CDEAO qui porte sur le renforcement de la coopération dans plusieurs domaines d’intérêt commun, notamment l’instauration d’une zone de libre-échange, l’application d’un Tarif Extérieur Commun TEC), la promotion de la libre circulation des personnes et des biens et la liberté de l’investissement.


Mon pays est aussi engagé dans le dialogue euro-méditerranéen et nous fournissons de nombreux efforts pour construire un espace économique maghrébin.


Riche de cette expérience et armée d’une forte volonté d’intégration sous-régionale et régionale, sous l’impulsion de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, la Mauritanie s’est résolument engagée en faveur de la mise en place de la zone de libre-échange au niveau de notre continent.


Cette volonté s’est matérialisée par notre participation active tout au long du processus de négociation de la ZLECAf, l’organisation de plusieurs rencontres régionales et nationales sur l’impact de sa mise en œuvre, la ratification et la promulgation de notre adhésion définitive à cette zone.


Excellences, Mesdames, Messieurs,


Au moment où je vous parle nous attendons la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle qui vient de se dérouler dans mon pays dans un esprit de transparence et de saine compétition ; ce qui reflète la maturité de nos institutions et de notre processus démocratique qui aboutira pour la première fois de notre histoire à une alternance entre deux présidents élus démocratiquement. C’est le lieu ici de féliciter Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la Réplique, pour son refus d’amender la Constitution en vue de briguer un troisième mandat, et ce en dépit des multiples demandes de la population et de parlementaires.


Excellences, Mesdames, Messieurs,


Les efforts consentis par notre organisation continentale, par nos communautés économiques régionales et par nos différents partenaires, sous l’impulsion de nos dirigeants respectifs, ont été d’un précieux concours, pour la réalisation des étapes précédentes de cet ambitieux projet devenu une réalité après la ratification de l’Accord par 22 pays membres et son entrée en vigueur le 30 mai 2019. C’est ici l’occasion pour moi de féliciter tous ceux et celles qui ont contribué à la réalisation de cet important projet.


Je ne saurais terminer sans remercier le Gouvernement Sénégalais, la Commission Économique pour l’Afrique, la Commission de l’Union Africaine et l’Union Européenne pour avoir conçu et organisé ce forum. Enfin, je formule mes meilleurs vœux de plein succès à nos travaux.


Je vous remercie.


le Premier Ministre, Monsieur Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya


Conseil des Ministres


Le communiqué du Conseil des ministres

Politique du Gouvernement
Discours de Politique Générale du Gouvernement septembre 2019
Programme du Gouvernement 2019 et bilan de l’action Gouvernementale pour les dernières années
Bilan d’exécution 2016 et perspective
Bilan d’exécution 2015 et perspective
Bilan et perspectives de l’exécution de la déclaration de politique générale du gouvernement (2015-2016)
Avis
Avis d’achat
Avis d’achat

Premier Ministre


Biographie

M.S.G du Gouvernement


Organisation
Directions

Cabinet


Organisation

Documents


Documents Juridiques
Circulaires
Autres Documents

Sites


Sites des Ministères

© 2015 Tout droit réservé Primature
- Développé par: MEFPTIC-DGTIC -